[Compte-rendu] Atelier “Nouvelles pratiques d’évaluation scientifique” : le projet Knowledge now (2)

Le 22 mai HackYourPhd organisait un atelier à la Maison de la recherche (Paris) sur le thème « Nouvelles pratiques d’évaluation scientifique ».

L’événement a réuni une dizaine de personnes avec des profils très différents (scientifiques, étudiants, journalistes, designers, wikipédiens…). La diversité de leurs approches a permis de dresser un état des lieux élaboré des écueils des pratiques actuelles de l’évaluation scientifique et des alternatives existantes. Nous avons rendu compte de ces investigations dans un précédent billet.

L’atelier s’est conclu sur l’évocation d’un projet inédit : l’élaboration d’une revue alternative consacrée aux procédés épistémologiques émergents qui mettrait en application certains de ces procédés.

Voici un compte-rendu reconstruit et argumenté de cet échange très productif. Pour avoir une idée de son déroulement, vous pouvez également consulter la présentation introductive et les cartes heuristiques (n°1, n°2) réalisées par Martin Bruno.

Définir un nouveau projet : Knowledge now

Le projet Knowledge Now a été pour la première fois évoqué sur la liste de diffusion wiki@research. Cette revue aurait une double visée : diffuser des études et analyses sur le libre accès et la science ouverte ; expérimenter in vivo certaines des innovations ainsi analysées. Wikipédia constituerait notamment l’une des principales inspirations de la revue, qui serait entièrement basée sur le logiciel wiki.

L’atelier a permis de donner de la consistance au projet. Plusieurs participants ont mis en évidence qu’il n’était pas possible de tout révolutionner : « Knowledge Now » devrait trouver sa place spécifique dans un écosystème plus global. Une réflexion a ainsi été engagée sur la nature de cette spécificité. Certaines valeurs paraissaient manifestement favorisées par le choix du modèle wikipédien : la transparence et la traçabilité. Les historiques permettent de retracer aisément les différentes étapes de l’évolution d’un texte. Dans ce cadre, rien ne s’opposerait à la volonté de vérification du lecteur : le syndrome de la boîte noire, si prégnant dans le peer-review standard disparaît de complètement.

Le statut éditorial de l’article a été également mis en question. Wikipédia est, par nature, un projet sans fin. Cette absence de finalité correspond manifestement mieux au fonctionnement effectif de la recherche scientifique. L’étude d’un objet de recherche suscite un processus d’interrogation continu, qui ne s’arrête pas après l’achèvement d’une expérience. Il paraît ainsi plus simple d’abolir définitivement la notion d’article « fini », déjà mise à mal par la prolifération des preprint ou des postprint, pour parler plutôt de projet en voie d’élaboration (et de perfectionnement) permanent.

Plusieurs questions techniques ont été également abordées. La conception de la revue paraît ainsi impliquer une fonctionnalité absente, à ce jour, des systèmes wiki : l’annotation. Sans ce système de lecteur critique, l’évaluation risque d’être éclatée sur plusieurs pages distinctes et de perdre, ainsi, en accessibilité. La navigation semble également un enjeu important : il n’est plus question de tourner les pages au sein d’une production éditoriale close. De nouvelles passerelles, d’articles à articles devront être développées afin de parcourir aisément la gamme des savoirs présentés.

Au terme de cet atelier, le projet a changé de nature. L’avancement de la réflexion sur sa fonction générale permet d’aborder des problématiques techniques concrètes.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *